En 2005, la Ville a cessé de planter des frênes face à la menace d’invasion de l’agrile du frêne dans la région. La Division des parcs et des arbres expérimente actuellement des essences nouvelles dans la région pour remplacer les frênes. Les nouvelles essences sont du type carolinien qui tolère mieux la chaleur, ce qui coïncide avec les fluctuations météorologiques prévues en raison du changement climatique.